*

* J'ai choisi de consacrer ce blog à la très petite place que consacrent les médias jeunesse aux Minorités, pourtant bien présentes dans notre société, mais malgré tout marginalisées comme les sourds-muets, les handicapés moteur, les minorités ethniques ... , ainsi que des thèmes importants comme celui de la santé ou de l'éducation

Force est de constater que la plupart des initiatives vient de l'international et rares sont les initiatives françaises, le pays des droits de l'homme et de légalité pour tous.

N'oublions jamais que c'est * ce que nos enfants regardent , * ce qu'ils lisent ou * ce avec quoi ils jouent, qui façonne leur goût et leur vision du Monde et de la société

J'espère que ce blog vous plaira ! À bientôt de vous lire !

HELIOS

mardi 5 juin 2012

La petite sirène : Wish upon a starfish


Toujours passionnée par sa collection d'objets humains, Ariel la petite sirène remonte à la surface pendant une nuit d'orage. Elle trouve alors un automate musical, une danseuse ballerine qu'elle nomme tourniclote, car elle tourne en faisant de la musique :) Elle retourne alors au fond de l'océan et chante son désir d'avoir deux queues.


Cachée derrière de grandes algues, une sirène l'observe mais surtout l'écoute, émerveillée. C'est une sirène à la queue rose et aux cheveux châtains mi-longs. Elle est accompagnée d'une pieuvre bleue qui est son ami.


 Elle sort des algues et se rapproche pour se présenter, et là : 

Oh surprise !

La jeune sirène s'exprime en langue des signes  :)





... (suite en cours de rédaction) ...

mercredi 4 avril 2012

La Diversité chez les personnages Playmobil

Presenté au salon du jouet en 1974 à Nuremberg, par Hans Beck, le créateur de la société Geobra, Playmobil connait un succès immédiat grâce à son concept inédit.

Les tout premiers playmobils étaient tous des hommes de 1970 à 1976. Trois thèmes sont abordés : la vie de chantier, le moyen-âge et les indiens d'Amérique (même les amérindiens sont blancs de peau).


Les premières femmes playmobil sont crées en 1976. Les premières femmes sont une voyageuse avec son parapluie, et 2 femmes de chevaliers. 

Les Amérindiens sont toujours blancs.


Il faut attendre 1979 pour voir apparaitre les tout premiers playmobils noirs : ce sont des artiste acrobates faisant partie du thème du cirque. C'est un groupe de 5 hommes.

En 1980,  avec le thème des explorateur et du monde arabe, un nouvel homme noir fait son apparition, habillé en maure et entouré d'explorateurs blancs. Font aussi leur apparition les 2 premières femmes non- européennes, ce sont des marchandes de tapis et de poteries. Elles sont voilées et commercent avec deux explorateurs hommes et blancs. Leur peau est néanmoins de couleur blanche, à l'instar des amérindiens qui le sont toujours en 1980.


A l'instar des amérindiens blancs, en 1980 apparait aussi un mexicain, aussi de couleur caucasienne, et vendu avec 4 cowboys armés.

Il faut attendre 1984 pour voir apparaitre les premières personnes âgée : un grand-père et une grand-mère

1984 : arrivent que les premiers esquimaux (caucasiens)

Les salles de classe restent néanmoins exclusivement caucasiennes :

1988 : On aperçoit le premier enfant noir dans un parc qu'une maman playmobil (caucasienne) amène au parc.

Aussi présent dans la nouvelle chambre d'enfant crée cette même année.
 Un manutentionnaire noir fait aussi son apparition à la gare de train.

En 1989, l'on découvre le premier amérindien mate car jusqu'à présent, les amérindiens Playmobil avaient toujours eu la peau blanche.

En 1990, l'offre se développe le chef indien, la tribu indienne incluant les toutes premières femmes de couleur , des enfants mates de peau, des accessoires, des animaux domestiques ou non et les toutes première personnes âgées de couleur.



En 1996, le premier personnage asiatique (yeux bridés) est créé, il s'agit d'un karateka.


Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Playmobil
http://www.playmobil.fr/on/demandware.store/Sites-FR-Site/fr_FR/Page-Show?cid=CONTENT_INFO_UEBER_ARCHIV

vendredi 16 mars 2012

Boule à Zéro tome 1 : Petit coeur chômeur

Découvrez vite cette bande dessinée où Zidrou et Ernst traitent avec un humour d'une grande subtilité un sujet peu abordé : les enfants malades en hôpital. Zita, la petite héroïne de Boule à zéro, vous propose une petite visite guidée de son environnement.

L'hôpital Le Goff (mais nous on dit "La Gauffre"). C'est là que j'habite. Au 6e étage, celui réservé aux enfants atteints de maladies graves ... Moi c'est Zita, même si tout le monde m'appelle "boule-à-zéro". Avec toutes les chimio-thérapie que j'ai reçues, ma chevelure est dans un tel état que je préfère encore me raser carrément le crâne.

Ici, je connais tout le monde et tout le monde me connaît, je ne suis pas seul au 6e étage, loin de là !
Il y a d'abord Haroun Tazief qui s'est gravement brûlé en voulant préparer des frites pour faire une surprise à ses parents.
Il a aussi Puzzle. Celle qui est tombé du 13e étage de son immeuble et qui s'en est sortie vivante. Avec 72 fractures, mais vivante.
Il y a aussi Super-malade. Celui qui a une maladie que personne ne sait ce que c'est. Il s'imagine que les docteurs sont des super  héros dotés de pouvoirs incroyables.
Ah, et il y a aussi Docteur Semoun. C'est lui qui monte sur le ring se battre avec moi contre le cancer, comme il dit toujours. Il est très gentil. Très gros aussi. C'est pour ça qu'on a fait un deal, lui et moi : "Je guéris ! Il maigrit !".


Faut que je vous dise aussi, samedi, je fête mes 13 ans. Vous êtes les bienvenus. Et puis si vous pouvez emmener ma maman avec vous parce que ...  Oh ! et puis laissez tomber ! Elle ne viendra pas de toute façon.
Elle ne vient jamais.
Mais vous, j'espère que vous viendrez, je vous ferai visiter mon 6 étage ^^ !




Mon opinion :

Boule à Zéro tome 1 : Petit coeur chômeur est un livre à mettre entre toutes les petites mains ! et les grandes aussi ! Et surtout, dans les bibliothèques des écoles ! En effet, bien rares sont les livres à traiter des maladies rares, incurables ou très difficiles à soigner ; et à ma connaissance, nous avons bien ici la première bande dessinées à être publiée en France et traitant de ce sujet ! Je salue bien bas le talent et l'originalité de ces deux créateurs Ernst et Zidrou. Le ton est léger pour un sujet grave. La petite Zita est une petite fille marocaine qui vit au sixième étage de l'hôpital "La Gaufre", comme elle le surnomme. Malade d'une leucémie qui "semble trouver son organisme très à son goût"et des chimio-thérapies à répétition, elle préfère se raser les cheveux parce qu'après tout, c'est mieux ^^
Sa famille, c'est le Docteur Semoun qui la soigne et qui est très gentil, les infirmières, les autres patients des autres étages, et chacun qui a son surnom à lui, il y a aussi sa mère qui ne vient jamais ... et puis il y a l'occupant de la chambre 614 : l'amoureux de Zita !! Espérons qu'il vienne à sa fête d'anniversaire ! :D


Oser dessiner et mettre de l'humour un tel sujet étais un pari risqué, mais les édition Bamboo, Ernst et Zidrou ont bien réussi leur pari car le résultat est vraiment plaisant ! On pourrait penser, en ne lisant que quelques courts extraits que l'humour pourrait y être déplacé ou mauvais, tout simplement, mais non en fait. L'album commence par une lettre de Zita à Madame la mort ou monsieur (... après tout, on a jamais verifié !), mais rien n'est jamais ni lourd, ni déplacé, ni trop piquant, ni trop provocant, ni trop moraliste, ni trop !

Cette BD a été proposé à tous les éditeurs du territoire français et toutes ont répondu que le projet était formidable et prometteur ... mais trop osé pour qu'ils le publient. Seul deux maisons d'éditions ont accepté : Bamboo et Dupuis.

Voici le noeud du problème, je ne parle pas seulement des maisons d'édition mais je pointe du doigt le fait que c'est un comportement généralisé dans tous les médias de l'hexagone (BD, TV, cinéma, magazines, ...) : dès qu'on sort des sentier mille fois empruntés de la promotion des "majoritaires", on "cache", on "camoufle", on "laisse de coté" toute minorité quelle qu'elle soit dans un maximum d'anonymat en demandant à cette dîtes minorité soit de se taire, soit de ne pas revendiquer sa médiatisation, soit, au pire, de se conformer à la majorité.

Et lorsque ce n'est pas possible ? comme c'est le cas des maladies incurables, encore plus lorsqu'elles sont infantiles ou génétiques ? Ici, c'est le sujet, on pourrait l'élargir (mais j'aurais largement le loisir de le faire tout au long de ce (petit) blog (qui deviendra grand))

En tout cas, en attendant, je vous recommande vivement cette bande dessinées pleine de fraicheur et d'humanité, des sentiments et de sourires ! Une BD à mettre entre toutes les mains, des plus jeunes aux plus grandes car nous sommes tous concerné et nous retrouveront tous au fil des pages un personnage qui nous ressemble ... qui est "comme nous". 

 Quelques liens vers plus de sites web concernant Boule à Zéro tome 1 : Petit coeur chômeur !



Zidrou (à gauche) et Ernst (à droite)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...